dimanche 8 octobre 2017

BINGO Séries, première participation : fail ou pas fail ?


Le Bingo des séries, kesako ?
C'est un concept inventé par le brillant (je dis brillant parce que c'est un Ravenclaw, comme moi, et que nous sommes tous brillants) Jérôme G du blog Just One More Episode. Ensuite, comme son nom l'indique, il s'agit de compléter des items (répartis en plusieurs catégories) en regardant des séries télévisées. Par exemple (con, l'exemple), il faut "un personnage qui porte un pull bleu". Si, dans un épisode que tu regardes, tu vois un personnage portant un pull bleu, tu fais une petite capture et, hop, ça te fait un point. Le but est d'avoir au moins 10/20 pour considérer le bingo comme gagné.
Si tu veux plus de précisions, je t'invite à aller te renseigner par ici.

Le Bingo des séries, qu'est-ce que j'en ai fait ?
En tout bon Ravenclaw qui se respecte, Jérôme a établi quelques règles pour corser l'exercice. J'ai choisi de toutes les suivre en dehors de celle qui spécifie que les rewatchs ne comptent pas. D'une part, parce que pour le moment je tente de compléter un bingo toute seule dans mon coin, donc ça ne gêne personne et d'autre part parce que je n'ai pas rewatché dans le but spécifique de compléter des items. Je rewatche parce que le rewatching (et le relecturing et le re-tout-ing) fait partie intégrante de mes habitudes de sériephile. Je choisirai peut-être de suivre toute les règles pour le prochain bingo, QUI SAIT ?

Place aux catégories, aux items et à savoir comment je m'en suis sortie pour ce premier item.

Dans le but de protéger d'éventuelles âmes innocentes du spoiler, voici les séries évoquées dans ce bingo : Outlander [Saison 3] - The Walking Dead [Saison 2 ; Saison 3] - Strike [Saison 1] - Yu-Gi-Oh ! [Épisode 59] ; Gossip Girl [Saison 1].



R  E  N  T  R  É  E

1- Une référence à la… télé-réalité : Fail.

2- Un personnage est vu en cours : Outlander 3x02 - Claire Fraser (hors de question que je l'appelle Randall). Avec les séries que je regarde en ce moment, je n'étais pas franchement sûre de faire ce point. Merci Claire !


3- Un personnage cite le nom d’une (grande) université : Outlander 3x02 - Le patron de Frank Randall (je n'ai pas retenu le nom de personnage très déplaisant). J'ai failli la rater mais la mention de l'université d'Harvard est bien là !


4- Un objet aux couleurs d’une université est vu à l’écran : Fail.



E  S  P  A  C  E

(Thème choisi par AnadoraBlack de Bigreblog)


5- Un vaisseau spatial est vu à l’écran : Nope.

6- Un personnage parle d’une planète fictive/qui n’existe pas dans la réalité : Re-nope.

7- Quelqu’un porte une combinaison d’astronaute : Toujours pas.

8- Un personnage cite une planète du système solaire qui n’est ni la Terre, ni Mars : ...Et non.



V  I  E    P  A  R  E  N  T  A  L  E

(Thème choisi par AnadoraBlack, approuvé par Ibidouu, du blog du même nom)

9- Un enfant (au moins) est vu avec deux parents à l’écran : The Walking Dead 2x13 - Les Grimes. Deux parents, un enfant, le compte est bon !


10- Un parent interdit quelque chose à un de ses enfants : The Walking Dead 3x04 - Lori/Carl Grimes. Ce n'est peut-être pas une interdiction très ferme et explicite mais elle lui refuse tout de même le droit d'aller cherche de l'aide. Donc ça passe !
Ce moment, et globalement, l'intégralité des trois premières saisons de cette série, qui consiste en Rick ou Lori interdisant à Carl de faire quelque chose.


11- Une femme est vue en train d’accoucher : Outlander 3x01 - Claire Fraser. Avec la reprise d'Outlander, je savais que c'était un item avec lequel je n'aurai pas trop de mal. J'avais aussi The Walking Dead 3x04 - Lori Grimes. Too bad pour elle d'ailleurs.


12- Un parent parle relation sentimentale/sexuelle avec son enfant : Gossip Girl 1x01 - Howard Archibald et Nate Archibald parlant de la relation de ce dernier avec Blair Waldorf.  J'oublie très souvent que ces deux-là sont ensemble au début de la série.



T  É  L  É  P  H  O  N  E

(Thème choisi par AnadoraBlack, approuvé par Ludo de Prends un livre et détends-toi)

13- Un personnage reçoit un coup de téléphone sur son portable : Yu-Gi-Oh Ep.59 - Tea de la part Tristan. Moi et moi-même avons décidé que les animes étaient autorisés dans un bingo séries. Il y en avait bien d'autres mais c'était histoire de changer un peu.


14- Un téléphone fixe est vu à l’écran : Strike 1x02 - Robin Ellacott. Béni soit Cormoran et ses réticences vis-à-vis de la modernité !



15- Quelqu’un se fait raccrocher au nez : The Walking Dead 3x06 - Rick Grimes. Ça compte de se faire raccrocher au nez par son interlocuteur imaginaire ? Parce que ça m'arrangerait.


16- Une marque de portable réelle est visible à l’écran ou prononcée par un personnage : Strike 1x01 - Lula Landry. La qualité de l'image n'est pas optimale mais on peut tout de même voir que c'est un Samsung.




A  C  T  I  O  N  S

17- Tester au moins cinq pilots : Strike 1x01 - (j'ai revu le pilot de Gossip Girl mais je n'abuse au point de le compter ;-)) >> Fail.

18- Regarder deux épisodes diffusés en même temps : Fail.

19- Voir un épisode au lit : (plein !) En l'occurrence sur la présente photo (et featuring mes cookies), Outlander 3x03.


20- Manger ou boire la même chose qu’un personnage d’une série vue dans le mois : Strike 1x02 - Robin Ellacott. Robin boit un verre de vin blanc, j'ai bu (bien plus qu') un verre de vin blanc. Pas sûre que le cépage soit exactement le même mais comme ça n'a pas été précisé dans l'épisode, on va estimer que ça fonctionne :D. Par contre je n'ai pas pensé à prendre le(s) mien(s) en photo.




BILAN !

Je m'en sors moins mal que ce à quoi je m'attendais - principalement grâce au rewatching illégal , on est bien d'accord. Ce détail mis à part, mon score est tout de même de 12/20 (11, si on ne compte pas l'échange téléphonique imaginaire de Rick Grimes).
Je ne pense que je consacrerai à nouveau un article au Bingo Séries à l'avenir. C'est à dire que vu mon rythme de publication, ça prendrait effectivement trop de place dans la grille du blog. Mais je pense y participer sur Twitter, donc n'hésite pas à me suivre @tpmbouquins si ça t'intéresse ;-)


 ⟩⟩ Twitter ⟩⟩ Instagram



Lily

dimanche 1 octobre 2017

Update lecture : une jolie plume, un genre particulier et Row-Row.


Je continue de vider ma Pile à Chroniquer avec deux livres dont on a beaucoup entendu parler sur la blogo et la booktubosphère et le troisième volume des enquêtes du détective privé Cormoran Strike. Pour connaître le verdict, c'est tout de suite !

Le livre de Perle - Timothée de Fombelle

Le Livre de Perle - Timothée de Fombelle
★★★★☆

Quatrième de couv' : Tombé dans notre monde une nuit d'orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle. Commence alors pour lui une vie fugitive, une quête mystérieuse. Mais ceux qui l'ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour ? Perle a-t-il raison de pense que la fille qu'il aime l'attend toujours là-bas ?

Le Livre de Perle est une histoire dont j'avais souvent entendu parler sans vraiment saisir de quoi elle parlait. Tout ce que je savais, c'est qu'elle avait beaucoup plu à pas mal de gens. J'ai profité de sa sortie en poche pour l'acquérir et de l'été pour le sortir de ma PAL.
Ce que je peux dire dans un premier temps, c'est que je suis tombée immédiatement sous le charme de la plume de Timothée de Fombelle. Il y a, dans son style, une simplicité, une pureté et une poésie qui sont vraiment très agréables. En une douzaine de pages, j'avais déjà relevé de nombreuses petites pépites de phrases, d'expressions et d'assemblages de mots.

Citation Le livre de Perle - Timothée de Fombelle

L'histoire en elle-même est sans doute aussi douce que les mots qui la racontent. Elle joue sur la magie, sur l'imaginaire, sur les croyances de l'enfance et celles qu'on a choisi de conserver à l'âge adulte. J'ai passé un joli moment de lecture et je serais bien curieuse de continuer à explorer l'univers si prometteur de l'auteur (si je n'avais pas déjà 91 autres trucs à lire, évidemment).

Citation Le livre de Perle - Timothée de Fombelle

Citation Le livre de Perle - Timothée de Fombelle


---


Wild Cheryl Strayed

Wild - Cheryl Strayed
★★★☆☆

Quatrième de couv' : Lorsque, sur un coup de tête, Cheryl Strayed enfile son sac à dos, elle n'a aucune idée de ce qui l'attend. Tout ce qu'elle sait, c'est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue, un divorce douloureux et un lourd passé de junky, Cheryl vacille. Pour tenir debout et affronter les fantômes de son passé, la jeune femme n'a aucune réponse, mais un point de fuite : tout quitter pour une randonnée sur le "Chemin des crêtes du Pacifique". Lancée au coeur d'une nature immense et sauvage, seule sous un sac à dos trop lourd, elle doit avancer pour survivre, sur 1700 kilomètres d'épuisement et d'effort, et réussir à atteindre le bout d'elle-même.

Wild est ma deuxième expérience avec le nature writing. Ma première n'ayant pas franchement été concluante, je n'attendais pas grand chose de celle-ci. Ça tombe bien, puisque je n'en ai pas tiré grand chose. En fait, je crois que j'aime bien le nature writing. J'aime lire des récits de vie loin du confort citadin, j'aime lire les descriptions de paysages sauvages ou quasi-sauvages et j'aime lire le quotidien de ces personnes qui choisissent d'y vivre un moment ou de les traverser. Mon problème je crois, et que je n'aime pas les gens qui écrivent du nature writing. Tu m'diras, comme je n'aime pas grand monde, ce n'est guère surprenant.
Habituellement, ne pas aimer les auteurs ne pose pas beaucoup de soucis en lecture. Personnellement, je n'y ai jamais fait grandement attention. Dans ce genre particulier qu'est le nature writing, comme le récit tient d'avantage du carnet de bord ou du journal intime, c'est un peu plus gênant de ne pas particulièrement apprécier la personne qui écrit. Ou de n'avoir aucune empathie pour elle. Pour persister dans ce domaine de la littérature, mon objectif va donc être de trouver un livre de nature writing qui me parle et dont je sois susceptible d'apprécier l'auteur. Tout un programme. 
Navrée de ne pas être plus spécifique à propos du livre Wild en lui-même. Ce n'est pas une lecture qui m'a laissée une très grande impression, en dehors des faits que je viens d'exposer.

---


La carrière du mal - Robert Galbraith

La Carrière du Mal - Robert Galbraith / J. K. Rowling
(3ème tome)
★★★★☆

Quatrième de couv' : En arrivant au bureau un matin, Robin - la jeune assistante du détective privé Cormoran Strike - trouve un colis qui lui est personnellement adressé. À l'intérieur : la jambe tranchée d'une femme. Pour Cormoran Strike, seuls quatre individus sont capables d'une telle atrocité. Quatre noms tout droit sortis de son propre passé. Persuadés que la police fait fausse route, Strike et Robin se lancent dans une enquête périlleuse, traquant un tueur psychopathe et fétichiste aux motivations insoupçonnables... 

Me voici lancée pour chroniquer la troisième aventure du détective Cormoran Strike et de son assistante/associée Robin Ellacott. Pour se faire, j'ai été relire mes avis sur L'Appel du Coucou et sur Le Ver à Soie, et, ma foi, j'avais oublié que le premier m'avait fait une aussi forte impression (même si le titre de l'article laisse pour le coup présager du contraire). 
Mon avis sur La Carrière du Mal est sensiblement le même que pour Le Ver à Soie. C'est toujours un véritable plaisir de retrouver Maman Rowling. À chaque fois, je me réjouis de me replonger dans l'atmosphère londonienne et britannique qu'elle sait si bien écrire, dans l'ambiance si particulière - et dont le réalisme semble tellement juste - du quotidien de Strike, dans la fluidité du récit qui fait tourner les pages sans s'en apercevoir.
Mon seul reproche est également le même que pour le tome précédent : celui d'un peu tirer en longueur. Dans ce troisième tome, quatre noms de suspects sont très vite formulés et on passe tout le livre à naviguer entre ces personnes, à tenter de les retrouver et de prouver leur innocence ou leur culpabilité. Je ne te dirai pas si le/la/les coupable(s) se trouve(nt) réellement parmi eux mais j'ai trouvé que ce procédé d'enquête faisait un peu tourner l'histoire en rond. C'était peut-être le but, tu m'diras, mais ce n'est pas ce dont je suis la plus fan.
En dehors de cela, j'ai de plus en plus d'affection pour Cormoran et pour sa relation avec Robin (et je continue de prier pour qu'ils ne soient jamais ensemble - même si je dois probablement être la seule) et j'attends avec de plus en plus d'impatience les tomes suivants. L'adaptation des romans en série n'est d'ailleurs pas complètement étrangère à cet attachement grandissant. La série Strike est vraiment réussie et respectueuse des livres - particulièrement de L'Appel du Coucou. Sans compter que Tom Burke et Holliday Grainger (ça ne s'invente pas...) sont les visages parfaits des personnages qu'ils incarnent. Bref, en livres ou en épisodes, je persiste à chaudement recommander.



Si tu as lu ces livres, que tu as envie de les lire ou que tu as un quelconque avis que tu aimerais partager sur un quelconque sujet ou une question ultra-précise dont tu penses que je pourrais détenir la mystérieuse réponse, je t'attends ci-dessous ! ;-).

⟩⟩ Twitter ⟩⟩ Instagram


Lily

jeudi 28 septembre 2017

Chronique d'une lectrice en colère : Lettre d'une inconnue - Stefan Zweig


Je ne crois pas avoir pour habitude de consacrer un article entier à une lecture qui m'a particulièrement déplu - du moins, je ne crois pas.  (Avec le recul, je ne suis pas complètement certaine que ce soit vrai.) Sauf, évidemment, quand j'ai été particulièrement agacée, comme je l'ai été par l'histoire que je te présente aujourd'hui. Je n'ai, bien entendu, rien à reprocher à la forme. Mais le fond. Mon dieu, le fond. Chronique.

Lettre d'une inconnue - Stefan Zweig
★☆☆☆☆

Quatrième de couv' : Un amour total, passionnel, désintéressé, tapi dans l'ombre, n'attendant rien en retrour que de pouvoir le confesser. Une blessure vive, la perte d'un enfant, symbole de cet amour que le temps n'a su effacer ni entamer. Une déclaration fanatique, fiévreuse, pleine de tendresse et de folie. La voix d'une femme qui se meurt doucement, sans s'apitoyer sur elle-même, tout entière tournée vers celui qu'elle admire plus que tout.

Je vais te livrer cette chronique telle que je l'ai écrite, à chaud, juste après ma lecture. Je t'avoue que je ne sais plus à quel point je spoile. Il se peut que l'on soit au courant de tout ça très vite au début de la lecture, il se peut aussi... que non. Quoi qu'il en soit, je parle de pas mal de détails contenus dans l'histoire, sois en averti(e). Sois averti(e) que cette lecture m'a passablement agacée aussi. Mais commençons.

Lettre d'une inconnue - Stefan Zweig

99% des histoires d'amour - fictives ou réelles - m'ennuient profondément. Parmi elles, 50% me mettent en colère : parce qu'elles sont malsaines, déséquilibrées, non-sincères ou que sais-je d'autre encore. 100% des gens qui me connaissent te diront que je ne suis pas romantique pour un sou. J'ai tendance à pense que je le suis, au contraire, un peu plus que tous les autres. Le 1% d'histoires d'amour qu'il reste, je cèderais sans problème un rein et un poumon pour être le témoin d'une seule seconde de ces précieuses relations. Je pensais que Lettre d'une inconnue appartenait à ces 1% d'histoires que j'allais idolâtrer. Mauvaise pioche. Elle fait finalement partie de celles qui m'ont le plus énervée.
Sur la couverture, on trouvait pourtant des adjectifs prometteurs "maturité", "amour désintéressé", "n'attendant rien en retour", "la voix d'une femme qui se meurt doucement sans s'apitoyer sur elle-même", etc. Quelle vaste plaisanterie.
L'âge où cette femme a été la plus mature a certainement été ses 13 ans. Ensuite, ce ne sont que des enfantillages d'une adulte incapable de se prendre en main. La nature même de sa confession est tout le contraire de désintéressé. C'est la définition même de l'acte de l'égoïsme. Son seul but est de hanter un homme qu'elle n'a su ni marquer, ni conserver de son vivant. Un homme qui n'avait par ailleurs rien demandé. Même si elle répète tout au long de sa lettre ne pas lui faire de reproches, c'est exactement ce qu'elle fait : lui lister tout ce qu'elle a fait et ressenti sans qu'il ne remarque jamais rien. Elle l'oblige à se remémorer tout ça pour le restant de sa vie, alors qu'elle n'a elle-même eu le courage de rien. Je ne sais pas pour toi, mais à mes yeux c'est égoïste et lâche.
Son amour pour l'enfant est sans doute pire que tout. Elle ne le considère qu'à travers le prisme de son père, comme un deuxième "lui" qu'elle peut finalement conserver, garder pour elle toute seule. Priver un enfant de l'un de ses parents, et un parent de son enfant, simplement pour conserver intact l'illusion d'un souvenir fantasmé est une fois de plus égoïste. Et cruel.
Pauvre écrivain anonyme. J'aurais aimé qu'il ne retrouve jamais cette lettre et qu'il ne respecte pas son dernier souhait. Oui je sais, c'est une fiction. Ça n'empêche pas qu'elle m'ait mise hors de moi.

Si tu as lu Lettre d'une inconnue, que tu sois d'accord ou non avec moi, tu es chaleureusement invitée à me donner ton avis ;-).




xoxo
Lily