dimanche 17 septembre 2017

♫ Ma Playlist Ultime de A à Z - 5/5 ♫



Ça y est, c'est la dernière partie ! Je viens finalement à bout de ma Playlist Ultime - aka la liste des titres que je pourrais écouter en boucle jusqu'à ce que mort s'en suive.

Si tu as raté les premières parties, tu peux les retrouver en suivant ce lien. Sinon il y a un récap en bas de l'article.

Cette dernière édition sera un peu chaotique. Elle est supposée balayer l'alphabet de T à Z... Sauf que je n'ai rien qui m'inspirait pour la lettre V et Z et littéralement aucun titre commençant par X. On fera donc sans. Mine de rien, il te reste tout de même 6 morceaux à découvrir ou à redécouvrir.


T comme...



Take Me to Church - Hozier. Je crois que c'est l'une des rares chansons à laquelle j'ai accrochée dès la première écoute. Entre temps (et 200 écoutes plus tard), elle a fait sa place dans la playlist de l'histoire que je suis en train d'écrire (oui, depuis 4 ans) et j'ai pris un kiffe énorme à l'entendre dans une petite église perdue au fin fond d'Hambourg, juste avant concert. Bref, plein de souvenirs.




Thunder - Boys Like Girls. C'est bête, mais ce titre était la musique d'une de mes fanvideos préférées d'il y a quelques années et elle remplit toujours mon petit coeur d'amour dès que je l'écoute.



U comme...



Underwater - Mika. Encore un de mes titres préférés qui a rejoint ma playlist d'écriture. Oui, c'était bien la musique d'une pub. Pour la Swatch Scuba Libre de 2013, si tu veux tout savoir.


W comme...


(comme je t'ai déjà mis le clip dans l'article consacré à Kaleo, je t'offre cette sublime version pour aujourd'hui)

Way Down We Go - Kaleo. Ce groupe étant devenu l'un de mes préférés, il n'est pas étonnant de le retrouver plusieurs fois dans cette playlist ultime. Celle-ci est la première que j'ai entendue et surtout celle que j'ai entendu dans l'épisode le plus génialissime de la série Lucifer (S2E06 "Monster").




(A) Window to The Past - John Williams. J'avoue que j'aurais sans doute dû mettre ce chef d'oeuvre à la lettre A mais j'ai complètement zappé à ce moment là. Alors que c'est probablement l'une de mes musiques favorites de toute cette sélection.


Y comme...





Your Song - Elton John. Je crois que la majorité des gens associe ce titre au film Moulin Rouge. Pas moi. Étant donné que je me suis endormie devant le film, je n'ai pas eu tellement l'occasion d'en retenir quoi que ce soit. En revanche, j'aime beaucoup cette chanson. Et comme j'ai eu un nouveau sursaut d'amour pour elle récemment, j'en profite pour la mettre ici.



PLAYLIST ULTIME - RÉCAPITULATIF
communément surnommée "mes goûts ne vont pas ensemble"

V - [Suggestions bienvenues ;-)]
X - [Suggestions bienvenues ;-)]
Z - [Suggestions bienvenues ;-)]



Si tu as des suggestions pour mes lacunes dans l'alphabet ou si ma foi tu as envie de te fendre d'une petite playlist ultime de ton cru, tu es plus qu'encouragé(e) à le faire, j'en serais ravie ! 
Dans l'attente, j'espère au moins t'avoir fait découvrir ou redécouvrir quelques sons sympathiques :)





⟩⟩ Twitter ⟩⟩ Instagram


Lily



dimanche 10 septembre 2017

Découvertes, marathons, déceptions... Si on parlait séries ?

Habituellement, mon bilan annuel des séries intervient au cours du mois de juin. C'est donc un euphémisme de dire que j'ai un peu de retard et que, de fait, je ne vais pas pouvoir te parler des 45 séries, 56 saisons et 3453 épisodes (l'estimation est approximative) que j'ai vus au cours de cette saison 2016-2017.

Exceptionnellement, je vais donc laisser de côté les séries que je suis depuis 130 ans et dont la dernière saison n'a pas fondamentalement changé mon avis à leur sujet. Je vais ainsi pouvoir me concentrer sur certains shows que j'ai commencés (et pour certains, déjà terminés) et te dire si - selon mon humble opinion - ils valent le détour.



-   S É R I E S   E N   C O U R S   D E   D I F F U S I O N   -


OUTLANDER
(coeurcoeurcoeur)

[GARANTI SPOILER FREE]

Je crois que j'ai commencé en vraiment entendre parler d'Outlander quand j'ai commencé à voir fleurir les unboxings de colis envoyés aux booktubeuses par Netflix. Je n'y avais pas particulièrement prêté attention : ayant déjà des listes longues comme le bras de séries à regarder, j'évite de me renseigner sur tout ce qui me passe sous les yeux.
Puis Marion (ma fournisseuse officielle de musiques-qui-déboitent-ta-mère) a débuté une lente mais persistante campagne de persuasion en faveur de la série (des livres aussi, mais comme je ne m'y suis toujours pas plongée, on en reparlera un autre jour). Après des mois de résistance féroce, j'ai fini par craquer et j'avoue que je suis partagée entre deux opinions. 1) Pourquoi ai-je perdu mon temps à résister ? ou 2) pourquoi n'ai-je pas résister plus longtemps, histoire d'avoir plus d'épisodes à me mettre sous la dent ???
Je suis complètement tombée sous le charme de cette série. Principalement parce que Claire et Jamie forment le couple le plus adorable que j'ai vu depuis de nombreuses séries. Et aussi, je l'avoue, parce que le niveau de perfection atteint par le personnage de Jamie Fraser est assez hallucinant. En dehors des atouts non-négligeables venant d'être mentionnés, c'est en plus une très jolie série. Les décors et les costumes sont sublimes, l'ambiance, la bande-originale... Et puis tout ce petit monde est très attachant, ce qui facilite grandement le marathonage.
Outlander est vraiment un bel objet audio-visuel (non, je ne parle pas de Jamie). Si tu aimes l'Écosse et les écossais, les histoires qui t'immergent dans l'Histoire, l'automne, les forêts, la pluie et le whisky, je te conseille de ne pas passer à côté de cette série-bonbon qui te fera verser quelques larmes de toutes les émotions du kaléidoscope des sentiments. 




13 REASONS WHY
(c'est la déception)

[LÉGERS SPOILERS INSIDE]

Celle-ci, pour le coup, c'est de ma faute. Je savais que ce n'était pas pour moi, que j'allais passer la plupart du temps à lever les yeux au ciel et à soupirer de désespoir. Mais un buzz d'une telle ampleur sur internet me rend plus curieuse que Blair Waldorf devant un gossip qui lui échappe. J'ai donc regardé. En me disant que ce n'était pas pour moi, en levant les yeux au ciel et en soupirant de désespoir. Je vais pas revenir sur le débat de fond (sur la question de savoir si c'est ok de faire du suicide un sujet de teen-série) parce que ce n'est pas l'endroit et que je ne suis de toute façon pas sûre qu'il y ait de toute façon de bonne réponse. Mais la série en tant que série n'est vraiment pas très réussie à mon goût.
What.the.hell n°1 : Suis-je la seule à avoir trouvé l'ensemble du casting très incompétent ? Ce n'est pourtant pas une réflexion que je me fais souvent. Même si je sais apprécier les génies de la comédie, je me satisfais en général d'une simple crédibilité. Mais alors avec cette équipe de bras cassés au charisme de mollusque, je me suis demandée si tous ces gens avaient été payés. Je n'ai cru à AUCUN sentiment qu'on a essayé de me raconter.
What.the.hell n°2 : Le scénario était à mon sens assez bancal. Je comprends bien que tout le principe de la série (qui va tomber à l'eau dès la saison 2) repose sur le concept d'une raison / épisode mais c'est exactement pour cette raison que certains épisodes sont monstrueusement longs et chiants. Je comprends également que l'idée est de montrer que c'est l'accumulation de tout qui a conduit à ce résultat, et que dans le lot c'est important de montrer qu'il n'y a pas que les choses "graves" qui blessent mais aussi les choses qui semblent insignifiantes mais est-ce pour autant une bonne idée de consacrer un épisode entier à la publication d'un poème anonyme sans l'accord de son auteur ? Je ne crois pas.
What.the.hell n°3 : Alors pardon parce que la pauvre fille est morte et tant mieux si elle a permis d'améliorer quoi que ce soit pour les lycéens dans la même situation mais... Existe-t-il quelqu'un de plus antipathique qu'Hannah Baker ? Alors je suis peut-être (certainement même) très cynique mais j'ai trouvé que cette brave jeune fille n'avait pas beaucoup de jugeote. Être con n'est certes pas une justification suffisante pour le nombre de merdes qui lui arrivent mais tout de même. Si tu t'habilles en noir et que tu t'allonges sur l'autoroute en pleine nuit, il y a sans doute des chances pour que tu te fasses écraser. Après ce que j'en dis moi... Je trouve de toute façon son geste extrêmement cruel et égoïste. Sa petite vendetta n'était pas très utile, elle a pourri la vie d'une dizaine de gosses par vengeance et elle a ruiné celle de Clay pour... rien. 
J'ai toujours pour habitude d'aller au bout des séries que je commence mais je dois avouer que 13 Reasons Why challenge sérieusement ma discipline et j'envisage sérieusement l'abandon après cette première saison.



-   S É R I E S   T E R M I N É E S  (?)  -

GILMORE GIRLS
(MAIS C'EST SÉRIE EST GÉNIA... oh wait.)

[GARANTI SPOILER FREE]

Si je me suis lancée dans Gilmore Girls, c'est avant tout parce que je mourrais d'envie de voir baby-Jared Padalecki dans le premier rôle de toute sa carrière. Je m'attendais à une teen-série de facture classique, devant laquelle il serait plaisant de se poser un moment mais qui ne ferait pas de grandes étincelles. Verdict : Gilmore Girls fait plutôt partie du haut du panier de la teen-série. J'ai passé cinq saisons à m'insurger contre le monde entier. C'est vrai quoi, pourquoi personne ne m'avait prévenue que cette série était absolument géniale ? Quelqu'un aurait au moins pu m'envoyer un mémo ou un truc comme ça ! Certes, les scénarios sont pour la grande majorité sont ultra-classiques mais les personnages sont tous (TOUS) super bons. De Lorelai à Richard et Emily, en passant par Paris, Sookie, Kirk ou Madame Kim, il n'y a personne à jeter. Coeur sur Luke (évidemment) et mon petit Michel sarcastique et asocial. Il me semble que je n'avais encore jamais regardé une série où il n'y a AUCUN mauvais personnage.
...sauf que ça n'est vrai que pour les 5 premières saisons. Ensuite, Rory passe d'ado toute mignonne à jeune adulte insupportable et all hell breaks loose. J'ai trouvé les deux dernières saisons pénibles à suivre et assez redondantes. Elles ont même à mon sens un impact assez négatif sur le charme de la série. C'est bien dommage mais je ne regrette tout de même pas d'avoir découvert cette petite pépite.
Un mot sur Gilmore Girls - A Year in The Life : j'ai enchainé sur ce revival de 4 épisodes orchestré par Netflix. Comme globalement tout ce qui est signé de chez eux, je n'ai pas vraiment aimé. Je les ai trouvés longs (entre 1h20 et 1h40 par épisode), relativement dans la même veine que les deux dernières saisons et un peu décousus. Je suppose que si tu as suivi Gilmore Girls au moment de la sortie de la série, le petit coup de nostalgie bien placé peut faire plaisir. Enchainer les deux "séries" n'a en revanche pas grand intérêt.



DEXTER
(Plus de peur que de mal)

[GARANTI SPOILER FREE]

Dexter et moi, on se connait depuis quelques années déjà. J'ai commencé la série de manière très enthousiaste, je m'étais énormément - et sans doute un peu trop - reconnue en Dexter Morgan et, légèrement traumatisée par la fin de la saison 4, j'avais un peu abandonné en cours de saison suivante. Ensuite on m'a spoilé la fin (et allègrement fait comprendre qu'elle était naze) et j'ai donc eu un peu de mal à m'y remettre.
Je m'y suis finalement replongée (puisque j'en parle ici), j'ai à nouveau eu l'impression de trouver mon double émotionnel en Dexter Morgan et j'ai effectivement trouvé que la fin n'était pas à la hauteur du début. Mais disons qu'en dépit des trois dernières saisons, c'est une série qui vaut la peine d'être regardée. Si tu cherches une série au personnage principal culte, emblématique et bien construit ou si tu cherches une série procédurale/policière avec un twist intéressant, ça vaut le coup de se pencher sur Dexter. Au moins, tu es sûr(e) que les quatre premières saisons sont de grande qualité. En plus je n'ai pas trouvé la fin SI nulle. WTF sans doute, mais je m'attendais tellement à aberrations sur aberrations que je m'en contenterai.

Tu as vu ces séries ? T'en as pensé quoi ?
Tu regardes quoi en ce moment ?

Lily

dimanche 3 septembre 2017

Update lecture : Max, Liesel & Dor à l'appel !


Il me semble cohérent, après mes mois d'absence et compte tenu de la pile de livres lus qui s'est accumulée ces derniers temps sur le coin de mon bureau, de revenir avec un petit update lecture. Histoire, au moins, de vérifier ce que j'en ai retenu.



Max - Sarah Cohen-Scali 

Quatrième de couv' :  « 19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Führer. »
Max est le prototype parfait du programme « Lebensborn ». Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde des purs représentant de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l'Europe.


Si je me suis penchée sur le cas de Max, c'est parce que je trouvais l'idée de base intéressante. Raconter l'histoire et suivre le destin de ce gamin né sans amour et dont toute la vie a déjà été programmée me semblait prometteur. Ça avait un petit côté Voldemort assez attrayant. Le problème est que j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire et ce, majoritairement à cause du parti pris pour l'aborder. Le personnage principal est le narrateur et raconte son histoire en s'adressant au lecteur. Sauf qu'il commence avant sa naissance, parle au présent et utilise un vocabulaire d'adulte. Ce qui fait qu'on se retrouve avec un foetus qui nous parle de pureté de race, de guerre et de déportation. Alors je comprends bien le projet (personnifier l'idéologie, montrer qu'elle était inculquée aux individus dès la naissance (voire la conception),...), mais comme la narration manque de réalisme, je trouve que la première partie de l'histoire manque de crédibilité. De fait, et malgré le fait que je plaçais beaucoup d'espoirs littéraires dans le personnage de Max/Konrad, je n'ai pas réussi à lier quelque chose avec ce lui.
MAIS ! Tout n'est pas perdu. Le véritable intérêt de cet histoire pour moi, c'était Lucjan/Lukas. Un jeune ado qui arrive, il me semble, un peu avant la moitié du livre et qui va construire un lien particulier avec Max/Konrad. Le personnage de Lucjan/Lukas est beau, et la relation qu'il noue avec Max/Konrad l'est sans doute encore plus. La deuxième moitié du bouquin vaut donc le coup. Et si j'ai mis beaucoup de temps à rentrer dans l'histoire, j'ai en revanche été beaucoup touchée par sa fin.
Donc si la thématique te branche, j'ai plutôt envie de dire pourquoi pas ?



La Voleuse de livres - Markus Zusak 

Quatrième de couv' : Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, plus rares encore ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la mort s'est arrêtée. Est-ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt ? Ou sa force extraordinaire face aux événements ? À moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre et a même inspiré à la Mort ce joli surnom : la Voleuse de livres...


Cela faisait une éternité que j'entendais parler de ce bouquin. Pour une mystérieuse raison, j'avais associé son histoire à celle du conte d'Andersen, La petite fille aux allumettes - alors qu'il n'y a pas grand rapport entre les deux (du moins, d'après ce que je me souviens de l'histoire d'Andersen). Toujours est-il que j'en avais de grandes attentes parce que tout le monde en disait beaucoup de bien. Après lecture, je reconnais bien volontiers que c'est une belle histoire... dans laquelle je ne suis pas vraiment rentrée. Le choix du narrateur était original, des personnages comme Max ou Rudy ou même Hans m'ont plutôt plu mais... je ne sais pas. Je n'ai pas réussi à m'intéresser ou à m'impliquer dans l'histoire et j'ai mis beaucoup de temps à terminer La Voleuse de Livres. D'accord il fait plus de 600 pages mais tout de même. Peut-être que c'est à cause de Liesel avec laquelle je n'ai vraiment pas accroché du tout ou que j'ai simplement lu ce livre au mauvais moment mais je n'en garderai pas un souvenir impérissable. Pas mauvais, certes, mais pas impérissable.



Le Passeur du Temps - Mitch Albom 

Quatrième de couv' : Un jour, Dor commença à compter. Les secondes, les minutes, les heures. Il fut le premier à mesurer le temps. Le premier à vouloir l'arrêter aussi... Ce crime lui a valu d'être exilé dans une caverne, condamné à écouter toutes les suppliques de ceux qui vinrent après lui - encore quelques minutes, quelques heures, quelques années... Mais aujourd'hui Dor peut se racheter, en allant à la rencontre d'une jeune femme, prête à mettre fin à ses jours, et d'un riche homme d'affaires malade, désireux, lui, de vivre éternellement. Pour les sauver, pour se sauver, Dor va devoir leur apprendre la vraie valeur du temps.


Le Passeur du Temps est un livre dont j'ai relevé le titre depuis un moment déjà. Principalement, je dois l'avouer, parce que j'aimais beaucoup l'esthétique des horloges présentes sur la couverture. Je l'avais un peu de mis de côté parce que le synopsis ne me tentait finalement pas tant que ça. Et puis, en zonant sur internet, j'ai lu l'avis d'un lecteur qui estimait que Le Passeur de Temps n'était qu'une mauvaise reprise de La Voleuse de Livres. Comme j'avais déjà prévu d'en lire un, je me suis dit que c'était pas une mauvaise idée de faire le second dans la foulée.
D'abord je n'ai pas bien vu le rapport entre les deux bouquins. D'accord le narrateur/fil rouge de l'histoire est une sorte de personnification d'un concept finalement assez abstrait mais en dehors de ça, il n'y avait pas grande pertinence à la comparaison.
Pour le reste, l'histoire est courte et facile à lire. Elle n'est pas mauvaise mais n'apporte pas grand chose non plus. J'ai trouvé le traitement des thématiques assez superficiel. Ce n'est donc à mon sens pas une lecture indispensable.


Et toi, dis-moi si tu as déjà lu ces livres, ce que tu en as pensé ou un peu tout ce qui te passe par la tête et dont tu as envie de me parler ;-).


Lily