dimanche 8 mai 2016

À quel point les fins sont-elles importantes ?

LES REFLEXIONS SUR LA LITTÉRATURE REVIENNENT !

Cela faisait un petit moment que je ne m'étais pas trouvée prise d'une réflexion existentielle sur les livres, la littérature et tout le toutim. Le répit n'était que temporaire puisque me revoici avec tout un tas de questionnements !

Until the very end ?

Deux de mes récentes lectures se sont achevées par des fins très particulières. L'une était si brillante qu'elle m'a fait oublier que je m'étais ennuyée pendant tout le bouquin, l'autre était si nulle qu'elle a achevé un roman déjà pas terrible.

Étant très exigeante et très compliquée à satisfaire en ce qui concerne les fins d'oeuvres fictives (et en tout, globalement), j'ai tendance à les redouter plutôt qu'à avoir hâte de les découvrir. Si bien que la plupart du temps, je sépare l'histoire de sa fin dans mon appréciation du roman. Exemple typique, Les Âmes Vagabondes de Stephenie Meyer. J'ai réellement adoré tout le bouquin et je n'ai aucun mal à le recommander. Seulement, à chaque recommandation je ne peux m'empêcher de préconiser de ne lire ni le dernier chapitre, ni l'épilogue parce que je les ai trouvés vraiment en-dessous du reste. 

Une "mauvaise" fin ne m'empêche pas d'aimer un livre. Autant être honnête, si c'était le cas, je n'en aimerais pas énormément. J'ai découvert récemment qu'une fin brillante, si elle pouvait empêcher le regret d'avoir ouvert un bouquin, ne changeait pas réellement mon avis dessus.

Du coup je me suis posée la question pour vous, ce que vous en pensiez ! Comment considérez-vous les dernières pages d'un livre par rapport au reste du bouquin ? Une fin peut-elle à elle seule vous ruiner une impression de lecture ou au contraire la sauver ? En clair, quelle est l'importance d'une fin dans votre appréciation d'une lecture ?

Question subsidiaire pour les auteurs et apprentis auteurs : dans vos propres écrits, quel est votre rapport à la fin ? L'avez-vous imaginée/écrite en avance et a-t-elle évoluée depuis ? Est-elle moins, aussi ou plus importante que le reste de votre histoire ?

Bref, si vous avez 3 minutes pour satisfaire ma curiosité, n'hésitez pas. Je vous en serais très reconnaissante ;-)



xoxo
Lily

4 commentaires:

  1. Très intéressant comme question !!
    Pour moi, une fin, brillante ou au contraire invraisemblable, ne vas pas altérer mon sentiment principal. Je veux dire par-là que même si une fin nous surprend et détonne fortement du reste de ma lecture je vais en prendre en compte, alléger mes propos mais l'essence de mon ressenti sera inchangé.

    Si je me fais chier dans ma lecture et que la fin est géniale, elle ne relèvera pas l'intégralité du roman. Je me verrai mal dire à quelqu'un : "Alors ce livre est lent, ennuyeux et s'étire à ne pas en voir le bout ! Mais la fin est géniale !!". C'est un peu ridicule.. Clairement le livre passera aux oubliettes.

    A l'inverse si ma lecture est géniale mais que la fin est rocambolesque, brutale ou tout simplement si elle ne me plait pas je ne vais pas pour autant changer mon avis qui était au départ positif. Ça m’énervera.. C'est certain ! Mais globalement j'en aurai un très bon souvenir. Du coup je dirais à cette même personne : "Par contre j'ai adoré celui-ci mais je regrette sa fin".

    Enfin, ce n'est que mon avis^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois qu’on est plutôt d’accord dans l’ensemble. Je pense que c’est l’avis le plus répandu. Même si c’est également mon ressenti, je trouve ce rapport à la fin plutôt étrange. Dans le sens où, grossièrement, beaucoup gens peuvent dire qui’ils lisent un livre pour « connaître la fin de l’histoire » ou « savoir comment ça se finit » mais on se rend compte que la fin n’est pas SI importante dans l’appréciation de l’ensemble de l’histoire. Étrange mais intéressant :)
      « Alors ce livre est lent, ennuyeux et s'étire à ne pas en voir le bout ! Mais la fin est géniale !! » >>> C’est exactement ce qui m’est arrivé pour Cent ans de Solitude. Très perturbant !!

      Supprimer
  2. Un peu pareil que Carmen.
    Et j'ai (avais?) tendance à inventer la fin de mes histoires en cours de route voire au début... sauf que souvent les histoires se tortillent en cours de route et j'arrive rarement à finir sur la scène que j'avais prévu. Du coup maintenant j'essaie plutôt d'écrire l'histoire dans l'ordre, car les scènes écrites à l'avance s'insèrent rarement naturellement dans le corps du récit final.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci d’avoir apporter ta vision sur l’écriture. Je suis un peu dans le même cas que toi. J’avais une vision très précise de la fin de ce que je suis en train d’écrire, à la ligne près et puis au fil du développement de mon histoire, je me suis rendue compte que je devais aller plus loin. Par contre je suis bien incapable d’écrire dans l'ordre, c’est pour ça que je galère autant avec ma chronologie.
      Est-ce qu'on peut lire quelque part ce que tu fais (faisais ?) d'ailleurs ? Je suis curieuse :)

      Supprimer