dimanche 6 novembre 2016

Harry Potter et L'Enfant Maudit - Analyses, Avis et Verdict ! ⚡️

Je vous avoue que je ne suis pas des plus rassurées à l'idée de commencer cet article. Je vais tenter d'aborder tous les points prévus sans être complètement confuse, ce qui ne me semble pas une mince affaire.

Harry Potter et L'Enfant Maudit

J'ai attendu la sortie française de L'Enfant Maudit pour me lancer dans sa lecture pour les raisons que j'évoquais dans l'article sur ma PAL d'automne-hiver. Je ne regrette pas une seconde parce que, même si je pense que j'aurais finalement pu me débrouiller avec les termes magiques en langue originale, j'ai au moins eu le temps de me préparer mentalement. Parce que je ne m'attendais pas du tout à ça !

Débrief d'une lecture surprenante qui n'a pas manqué d'intérêt.

! SPOILERS ALERT !

Fanfiction & Mensonge en Quatrième de Couverture
La chose qu'on a le plus entendue à propos de L'Enfant Maudit, c'est que l'histoire tenait plus de la fanfiction que de la véritable suite. Je ne suis ni d'accord ni pas d'accord, principalement parce que je ne suis pas la plus grande experte en fan-fiction Harry Potter sur le marché. Les seules que j'ai lues remontent à pas mal d'années, quand, n'en pouvant plus d'attendre L'Ordre du Phoenix, je gérais ma frustration comme je pouvais. Mais les nombreuses références à l'oeuvre originale, le côté sequel et la possible renaissance du fantasme Dramione à travers leurs enfants ont par exemple beaucoup fait penser aux codes de la fanfiction plutôt qu'à une oeuvre originale.
J'ai plutôt tendance à penser que Scorpius et Rose rappelle davantage Severus et Lily que Drago et Hermione mais bon... Pour moi, l'effet fanfiction est surtout dû à la forme théâtrale du texte qu'à son fond (dans le sens où ce n'est pas le premier type de narration de la saga et qu'il est courant de trouver des fanfictions sous forme de poème, ou de Songfic par exemple), mais je reviendrai sur le côté pièce de théâtre plus tard.

Harry Potter et L'Enfant Maudit résumé synopsis

Le problème n'est pas répondre à la question fanfiction ou non mais de parler du mensonge de la quatrième de couverture. Je crois que "LA huitième histoire" c'était un peu sur-vendre le cas. Sans compter que les trois quarts des médias (dont 99% ne connaissent pas grand chose à Harry Potter et n'avaient probablement lu le livre avant d'en parler) s'en sont donnés à coeur joie pour envoyer du "Retour du petit sorcier" et de "La magie continue", etc. Bref, tout pour nous faire croire que L'Enfant Maudit serait tout comme les sept tomes qui l'ont précédé. Sauf que.. Pas tellement. Il aurait sans doute été plus juste d'inscrire "UNE huitième histoire". Dans le sens où c'est une possibilité de ce que les années suivantes auraient pu être, de ce qui aurait pu se passer. Du genre que si on veut prendre le "Dix-neuf ans plus tard" de cette façon, on peut. Et si on veut s'imaginer autre chose, on peut aussi. Rien n'est gravé le marbre. Cette idée est pour moi renforcée et vérifiée par la thématique du Retourneur de Temps. Au sein même de L'Enfant Maudit, on a un aperçu de trois versions de ce qu'aurait pu être ce "dix-neuf ans plus tard" : celle qui est effectivement développée, celle dans laquelle Albus est un Gryffondor et Hermione professeur et celle dans laquelle Voldemort a triomphé.
Pour moi le but de L'Enfant Maudit n'est pas de dire "voici la suite de Harry Potter" mais de faire comprendre que grâce à la magie (du Retourneur de Temps), il y a une infinité de suites et d'issues possibles à la saga Harry Potter.


La pièce du théâtre était-elle une erreur ?
On ne va pas se mentir, L'Enfant Maudit possède son lot de défauts. Parmi le large éventail d'avis qu'il a reçus, tous plus différents les uns que les autres, on s'est bien rendu compte qu'il y avait eu quelques ratés.
La première chose que je remarque, c'est qu'il y a plus d'opinions négatives chez ceux qui ont lu la retranscription que chez ceux qui ont effectivement assisté à la pièce. Il est sans doute utile de rappeler qu'une pièce de théâtre doit être vue et non lue pour être pleinement appréciée. Je suis d'ailleurs persuadée que la pièce en elle-même est une vraie réussite du point de vue de la mise en scène et des effets spéciaux. Ceci étant dit, je ne crois pas qu'écrire une suite à Harry Potter sous la forme d'une pièce était un choix judicieux. C'était sans doute un challenge intéressant, un défi excitant pour ses auteurs mais certainement pas le meilleur moyen pour recréer l'univers d'Harry Potter. Cette forme qui, à l'écrit d'autant plus, met en valeur le dialogue, fait apparaître de grands absents dans L'Enfant Maudit. Ce qui m'a manqué dans cette lecture finalement, c'est tout ce qui fait qu'Harry Potter est devenu l'une de mes maisons : les lieux emblématiques, Poudlard, la Grande Salles, les salles communes, le Chemin de Traverse, le Pré-au-Lard, etc. Vous allez me dire, ils n'y étaient pas non plus dans Les Reliques de la mort, mais il y avait tout de même toute une ambiance, de feuilles mortes, de forêts, de neige, de feu de bois et de nature qui donne aux histoires un écrin incomparable. Cette lacune a, à mon sens, retiré un peu plus de magie à un scénario qui en manquait déjà cruellement.
En dehors de quelques voyages dans le temps (par ailleurs plus métaphysiques que magiques) et de quelques sorts anecdotiques, j'ai eu l'impression que L'Enfant Maudit était finalement assez pauvre en magie. Ce n'était sans doute qu'une question de moyens (techniques et financiers) par rapport à la mise en scène mais cela m'a manqué aussi. Avec Harry Potter, j'ai toujours eu l'habitude de m'émerveiller à chaque ligne, de m'exclamer "J'adore la magie" à chaque fois que je tourne une page et là... Je n'ai pas retrouvé ce sentiment.
Je crois que la même histoire racontée d'une autre façon, en roman par exemple, aurait donné un résultat très différent.


Pourquoi je suis tout de même contente que L'Enfant Maudit existe
Je ne sais pas si je suis la seule à avoir eu cette impression, mais je crois que J.K. Rowling avait envie de donner un peu de paix à ses personnages. Curieuse façon de le faire, je suis bien d'accord, mais je n'arrive pas à me défaire de cette idée. Qu'elle ait consacré l'histoire à la relation père-fils entre Harry et Albus signifiait au moins qu'Harry avait désormais une vraie famille. Après tout ce qu'elle a subi en tant que née-moldue, Hermione est finalement pleinement acceptée du monde de la magie en tant que Ministre. Drago est enfin libre d'agir comme il l'entend et de faire le bien pour le monde dans lequel vivra son fils.
Si ma théorie s'avérait exacte, ce serait sans doute un acte égoïste de la part de Rowling mais j'estimerais aussi qu'elle l'aurait bien mérité. Quand on a passé autant de temps avec des personnages et qu'on a traversé ce qu'elle a dû traverser en les écrivant et en leur donnant vie, on mérite bien un peu de paix.

La seconde raison pour laquelle je suis bien contente de l'existence de L'Enfant Maudit, c'est qu'il confirme ma démonstration au sujet d'Harry Potter et La Coupe de Feu. Après ma relecture du quatrième tome, je m'étais rendue compte que La Coupe de Feu était un tournant dans la saga et pas seulement du point de vue du retour de Voldemort. Comme c'était très long, je ne vais pas tout répéter ici mais si ça vous intéresse, je vous renvoie vers l'article en question. En choisissant de remonter le temps vers l'année de La Coupe Feu, on nous montre bien que le tome a été charnière dans la suite et le déroulé des événements. Le point n'a en tout cas aucun intérêt pour la qualité de l'histoire de L'Enfant Maudit mais je suis ravie qu'il apporte un argument de plus à ma démonstration.

La dernière raison rejoint un peu la première et s'appelle Severus Rogue (ou Snape, comme vous voulez). L'une de mes plus grandes frustrations à l'issue de la saga était que Severus ne sache finalement jamais que le petit fils de Lily Evans porte son prénom. Je sais, ça fait partie de sa destinée tragique mais j'ai une telle tendresse pour ce personnage que ça me brisait le coeur. Avec L'Enfant Maudit, je suis heureuse de savoir qu'il y a au moins une version de Severus qui a su. Je me dis que dans la mort, toutes les versions du personnages ont dû recevoir l'information par réalité interposée. Un truc comme ça. Bref, mon petit coeur a été un peu réparé.

« Si à Albus... Dis à Albus Severus... que je suis fier qu'il porte mon prénom. Maintenant, vas-y. Allez ! »

C'est niais au possible mais je suis contente. Merci L'Enfant Maudit.

Harry Potter et L'Enfant Maudit
Je trouve les intérieurs de couverture très réussis :)

Les WTF de L'Enfant Maudit
D'accord, d'accord, je l'admets ils sont nombreux. Outre le fait que Ron se retrouve affublé du QI d'un troll des montagnes (pour les besoins comiques du théâtre, je suppose) ou la sorcière aux bonbons qui se révèle être un humanoïde extrêmement flippant, il y a quelque chose que je n'ai toujours pas compris. C'est qui, L'Enfant Maudit ? Delphi ? Pour quelle raison ? D'accord elle est la fille de Voldemort et il y a une vague prophétie sur le retour de son père mais elle était obligée de rien. Elle n'est même pas mentionné par la prophétie. Elle aurait pu simplement choisir d'être du bon côté et oublier ses parents. Pour moi, elle n'est pas plus maudite qu'Harry était l'Élu, elle est simplement seule et/ou mauvaise.

L'autre WTF, c'est aussi qu'effectivement Voldemort ait eu un enfant. Je ne suis pas encore d'accord avec moi-même. Comme tout le monde, dans un premier temps j'ai trouvé ça très curieux et un peu n'importe quoi. Parce qu'on n'a pas plus envie d'imaginer la sexualité de Donald Trump que celle de Voldemort. Voldy c'est le grand méchant, celui de notre enfance de surcroît, c'est pas un personnage avec une vie sexuelle. En même temps... Je trouve que ce n'est pas si aberrant quand on sait que c'est avec Bellatrix. Comme je l'évoquais dans un tag précédent, je crois que Bellatrix aime vraiment Voldemort, à sa manière tordue, perverse et maléfique. C'est en ça que je trouve son personnage plus intéressant que ne le pense la plupart des gens. Évidemment il ne faut pas imaginer que Delphi soit un enfant de l'amour née d'une relation complice. Je la vois comme le résultat d'une relation sexuelle violente, à mi-chemin entre le viol et le masochisme, probablement amorcée par une puissante colère ou une jouissance de Voldemort. J'imagine que Bellatrix, se découvrant enceinte, s'est projetée en tant que reine de l'empire que Voldemort s'apprêtait à ériger et mère de l'enfant du Seigneur des Ténèbres. En ça, je ne trouve pas l'existence de Delphi très aberrante.
Même si, très honnêtement, je m'attendais à lire une histoire sur l'enfant maudit : Albus Severus. L'héritage de son père, saint parmi les saints, et de son double prénom aux lourds passifs me semblait un héritage suffisamment intéressant pour en faire un enfant maudit, d'une façon ou une autre. Quand ils ont commencé à parler de l'enfant de Voldemort, je pensais réellement que c'était lui. Genre qu'une trace de l'horcruxe avait subsisté en Harry ou que Ginny (à la place de la mère de Scorpius) avait été ramenée dans le passé et mise enceinte ou je ne sais quoi, mais je voulais vraiment que ce soit Al. Je crois d'ailleurs toujours qu'il est le véritable enfant maudit de l'histoire, même s'il n'a aucun lien avec Voldemort.

Moins significativement, il y a pas mal d'autres passages un peu étranges ou incohérents, comme lorsqu'on apprend que Pétunia a gardé et légué à Harry la couverture dans laquelle il est arrivé à Privet Drive (lol ?) ou que Drago a trouvé le golden trio "resplendissant" (à quel moment ?). Quand ce n'est pas le style qui semble complètement artificiel.

« Serpentard, c'est la maison du serpent, celle des forces du Mal... Ce n'est pas une maison pour sorciers courageux. »

Quel âge il a ? 5 ans ?

« Merci d'être ma lumière dans l'obscurité. »

Au secours, sortez les violons.


Bon alors, VERDICT ?!? (presque sans spoilers)
Ce n'est clairement pas un tome que j'intégrerais à mes futures relectures Harry Potter. J'irais toujours de L'Ecole des Sorciers aux Reliques de la Mort, comme d'habitude. Ce n'est pas pour autant que je ne relirai pas L'Enfant Maudit dans un autre cadre. Même si je me suis souvent demandée ce que j'étais en train de lire et que je pense avoir repéré un ou deux trips à l'acide, je n'ai pas vraiment envie de crier au scandale ou à l'arnaque. C'était surprenant et, notamment en ça, intéressant à décortiquer (je pense que vu la longueur de cet article, ça s'est vu).
Pour les puristes qui tiennent à préserver la saga telle quelle, ce n'est vraiment pas une lecture indispensable mais pour celles et ceux qui n'ont pas peur des hypothèses et des coins sombres à explorer, j'ai bien envie de dire pourquoi pas ! Si vous avez l'occasion de voir la pièce plutôt que la lire, je pense que ça doit valoir le coup.
Dernière chose : Scorpius, oublie Rose (et Albus) et épouse-moi.


Des questions ? Des réflexions ? Des réactions ? Des théories ?
L'espace commentaire est grand ouvert pour le débat !





xoxo
Lily

2 commentaires:

  1. Bonsoir,
    Merci d'avoir abordé l'oeuvre dans son ensemble.
    Personnellement je suis mitigée : je le lis ou pas. Ta chronique me donne envie de découvrir ce " 8éme " tome mais j'ai peur d'être déçue. Le format pièce de théâtre ne me fait pas peur mais le côté fanfiction oui. Du coup, à défaut de l'acheter, je vais m'en vouloir si je ne l'aime pas au final, je pense de plus en plus à l'emprunter à la bibliothèque :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'emprunt peut être une bonne option effectivement :)

      Supprimer