dimanche 20 décembre 2015

Potter Diary : Les Reliques de la mort + Bilan !

Harry Potter et les Reliques de la Mort

Dimanche 20 décembre

Cher Potter Journal, 

Ne serait-il pas grand temps de faire ton bilan? Provisoire le bilan hein, on ne sait jamais les aventures qui peuvent surgir dans la vie d'une Potterhead.
Il y a grosso modo un an, j'entreprenais la relecture des 7 tomes de Harry Potter à laquelle a succédé le marathon des 8 films et la visite des studios Warner Bros à Londres. Mon but était d'aborder d'un oeil nouveau cette saga que je connaissais par coeur pour pouvoir vous la présenter de manière pertinente. Maintenant que j'ai terminé, un bilan de tout cela me semble le bienvenu. 
Comme toutes les choses et les personnes dont je suis fan, l'univers d'Harry Potter n'a de cesse de me surprendre. Quand je vous dis que c'est une saga que je connais par coeur, c'est littéralement littéral. À chaque fois que je m'y replonge pourtant, il suffit de la redécouverte d'une phrase ou d'un nouvel angle de lecture pour m'émerveiller. ...sur ça, on est d'accord. Harry Potter est une référence pour moi, ce n'est un secret pour personne. Ce dont je n'avais jamais vraiment pris conscience auparavant, c'est le statut de référence universelle que Harry Potter avait acquis avec les années. Dans les médias, chez les journalistes, il n'est pas rare de croiser une référence à Harry Potter pour un sujet qui n'a rien à voir
Je me suis rendue compte que surtout, je le faisais moi-même très régulièrement. Prendre appui sur des éléments de Harry Potter pour expliquer ou illustrer une démonstration est souvent un automatisme dans l'écriture de mes billets. Pourquoi me demanderez-vous? Parce que ça fonctionne dans de très nombreux cas et que c'est efficace à chaque fois. L'oeuvre de Rowling est si riche qu'il est facile de rebondir dessus et de la relier à d'autres objets culturels, ou même d'actualité. Je me souviens notamment des attentats de novembre et de la nécessité de nommer les choses, même dans l'horreur : pour ne pas en avoir peur, pour qu'il n'y ait pas d'ambiguité ou de malentendus,... Des discours qui ont forcément parlé à tous les Potterheads, mais pas seulement. Parce que tout le monde (ou pratiquement tout le monde), en comprend les codes et les références, s'en servir comme exemple est toujours d'une pertinence assez incomparable.

Harry Potter et les Reliques de la Mort

Je trouve que c'est un aspect qui ressort particulièrement dans Les Reliques de la Mort et que je n'avais pas forcément remarqué avec moins de maturité. L'ultime opus de la saga possède une gravité assez inédite depuis son commencement et qui tient quasiment uniquement au personnage de Harry. C'est peut-être le tome où je le préfère d'ailleurs. Toujours plein de défauts, mais il revêt enfin son statut de héros. Il fait des choix dont il assume les conséquences et il cesse d'être auto-centré sur sa petite personne. Il est bien compliqué d'être lui puisqu'il sait que s'il échoue, personne ne pourra le faire à sa place. Les destins de Ron et Hermione non pas moins dangereux sont plus simples. Leur rôle est de suivre et d'aider Harry, les conséquences de leur choix s'en trouvent moins radicalement déterminantes. Quand Ron abandonne, la quête continue. Si Harry abandonne, personne ne peut la reprendre après lui. 
L'épisode des Reliques de La Mort est épique, une dimension que retransmet particulièrement la deuxième partie du film. La Bataille de Poudlard se constitue quasiment immédiatement une date historique, aussi bien dans le monde des sorciers que pour nous moldus. Harry Potter est entré dans l'histoire.  

C'est cette notion d'universalité autant géographique que temporelle que je n'ai véritablement comprise que récemment. En partie grâce à la relecture et au marathon des films, en partie grâce à la visite des studios de Londres. Le travail et la passion que J.K.Rowling et toutes les équipes des films ont mis dans cette saga, la résonance qu'elle a eu chez autant de personnes... C'est un phénomène qui dépasse largement une génération ou une catégorie de fans. En fait j'ai du mal à réaliser que le roman que je dévorais quand j'étais gamine et qui ne disait pas grand chose à pas grand monde est en passe de devenir un outil de référence dans la littérature et la littérature jeunesse. J'ai l'impression que c'est un peu mon propre bébé qui a grandit... mais en même temps que moi.



xoxo
Lily

2 commentaires:

  1. Ta chronique est merveilleusement bien écrite et met les mots justes sur mon propre ressenti, partagé par beaucoup je pense. Je viens tout juste de découvrir ton blog grâce à June&Cie et je compte bien y faire un tour de temps en temps. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, ça me touche :) Ravie de t’accueillir ici!

      Supprimer